L’antre des louves, d’Elodie Harper

An 74 avant Jésus Christ, à Pompéi, des femmes réduites en esclavage tentent de survivre. Leur condition est très précaire, d’autant plus qu’elles vivent dans un bordel où, dans une promiscuité effarante, elles se prostituent pour le compte d’un demi-sel. Parmi elles, Amara, instruite, fille de médecin grec comprend vite que la ville offre des possibilités vers un avenir meilleur. Dans l’antre des louves où Amara se prostitue pour le compte de Felix, elle parvient à convaincre son proxénète qu’elle peut lui rendre des services en augmentant la clientèle de gens à qui Félix prête de l’argent contre des intérêts colossaux. Se faisant, Amara démontre qu’elle peut avoir d’autres atouts. Ayant parfaitement décodé de fonctionnement de la société pompéienne, Amara tisse lentement sa toile. Connaisseuse du fonctionnement des hommes, elle se rendra indispensable, quitte à bouleverser un peu la quiétude de l’antre des louves. Pour tenter de regagner sa liberté, Amara doit se trouver un protecteur qui la rachètera à Félix et, qui accepte de lui donner son nom. Une équation difficile à résoudre, mais qu’Amara veut réussir. Elle doit surtout tenter de faire oublier autant que possible qu’elle n’est qu’une putain de l’antre des louves…

Dans un monde d’une rare violence, où la vie d’un esclave ne vaut que ce qu’on est prêt à lui donner, certains ont réussi à devenir des affranchis. Ces derniers sont des modèles enviés autant que craints. Amara, instruite et intelligente, comprend comment fonctionne cette société. Elle parvient à se faire une petite place au soleil en ne faisant plus qu’un seul client, ce qui allège considérablement son quotidien. De plus, elle loge désormais à l’étage, dans un réduit, mais loin des cellules exigües du bordel, des clients ivres, d’une violence omniprésente. Entre les prostituées des amitiés solides se nouent, ainsi que de des amours, souvent platoniques, avec d’autres esclaves. Tous rêvent de retrouver leur liberté, surtout ceux qui ne sont pas nés captifs ! Peu d’entre eux y parviendront. Seule une parfaite assimilation, une très bonne maitrise des codes de cette société peut permettre, parfois, d’obtenir le graal de l’affranchissement. Avec sa force de volonté pour arme, Amara ne désire qu’une chose : conquérir sa liberté…


Elodie Harper ose situer son roman dans un bordel sur près de 500 pages ! Ceux qui ont visité Pompéi et son lupanar, mesureront très bien l’exigüité des lieux. De toutes petites cellules où même le lit en pierre est réduit au minimum. En effet, ils sont trop courts pour qu’on puisse s’y allonger en entier ! Avec Elodie Harper le lecteur découvre la vie des esclaves. L’esclavage était une pratique courante. Depuis la nuit des temps, des hommes et des femmes perdaient leur liberté pour différentes raisons. Une fois réduit à l’état de meuble, l’esclave devenait une propriété dont le propriétaire pouvait jouir comme il l’entendait. L’affranchissement était la seule voie de recourt pour retrouver une liberté perdue. Elodie Harper nous entraîne dans un roman tour à tour tendre ou violent. Situer un roman sur un espace si petit est une grande prise de risque. Elodie Harper réussi l’exploit de passionner le lecteur en signant un roman historique captivant. Pour un premier roman, c’est une belle performance !…
Pour info : il était entendu avec Calmann-Lévy que parmi les SP il y aurait un bracelet en or ! Las, pour Goliath ce sera des noces de coton, comme en témoigne le bandeau ci-dessous…

Pour commander le livre, cliquez ICI : L’antre des louves

Présentation de l’éditeur

Bienvenue à Pompéi, en l’an 74 avant notre ère. Amara, jeune grecque instruite mais réduite en esclavage après la mort de son père, est vendue à bas prix à un lupanar sordide, l’Antre des Louves, dirigé par Félix, un homme violent et imprévisible.
L’impétueuse Amara comprend vite que la cité a beaucoup d’opportunités à offrir à celles qui savent les saisir. Avec les autres prostituées, qui deviennent sa famille de coeur, elle gravit les échelons d’une société où les hommes détiennent le pouvoir, forçant les femmes à constamment s’adapter pour survivre.
Des ruelles animées de Pompéi aux recoins les plus sombres de l’Antre des Louves, nul n’imagine une seconde que les prostituées connaissent les règles du jeu mieux que quiconque.
Amara va apprendre à utiliser et à contourner les codes de ce monde impitoyable afin de regagner sa liberté.

Un peu de l’auteur

Elodie Harper est journaliste. Elle est diplômée d’Oxford en littérature, où elle s’est découvert une passion pour la poésie antique.
L’Antre des Louves est son premier roman.

Source photo Twitter

Détails sur le produit

• Éditeur ‏ : ‎ Calmann-Lévy (11 mai 2022)
• Langue ‏ : ‎ Français
• Broché ‏ : ‎ 494 pages
• ISBN-10 ‏ : ‎ 2702184634
• ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2702184639
• Poids de l’article ‏ : ‎ 510 g
• Dimensions ‏ : ‎ 13.5 x 3.2 x 21.5 cm








<” L’antre des louves, d’Elodie Harper”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur littéraire, lecteur, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Romans historiques, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire