La jeune fille à la perle, de Tracy Chevalier.

 

Il n’est d’amour plus fort que celui qui ne s’avoue jamais !

Griet, la servante imaginaire qui servit de modèle à Vermeer pour peindre la « jeune fille a la perle », est très vraisemblable. Cette fiction montre la relation particulière que doit avoir un modèle pour son peintre, une complicité étroite pour que chacun sente l’autre tel qu’il pense ; un lien poussé jusqu’au paroxysme, parfois.

Griet, humble servante comprend vite les nécessités de son maître, elle le ressent frémir en elle…

De simple servante chargée de la domesticité, elle devient peu à peu une assistante qui prépare les couleurs, puis enfin, à regret, un modèle.

C’est bien malgré eux deux que cela se fait, mais la force n’est pas de leur côté ; le mécène espère ce tableau. Un chef d’œuvre qui sonnera la fin de leur partage, tout deux le savent. Lors de la réalisation de cette peinture, une force nouvelle se dégage chez chacun d’eux, les forçant au surpassement de soi.

Ce livre, un peu lent à démarrer, nous prend au cœur et nous emmène dans une histoire d’amour incroyable, qui bien qu’inassouvi, n’en sera que plus violent.

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans historiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.