L’ouragan, de Daniel Martinange


Un ouragan? Oui…

Tiré, on ne sait par quel miracle, d’une fange de la population pour qui l’évidence de tous reste un mystère, Antoine se complet dans un monde marginal. Là, chacun trouve ses solutions afin de mieux s’accepter, côtoyant d’autres routards de dérive, sans pour autant s’enrichir mutuellement. Seule, une femme réussit à l’animer. Antoine, se sentant brillant à ses yeux se voit prospère. Avec elle, il lui semble que vivre est un bonheur. Jusqu’au jour où un différent l’oppose à un autre de ses congénères : survient le drame ! Antoine tire sur l’intrus, et trucide sa compagne en lui injectant de l’air dans les veines. Une façon de procéder ne pouvant appartenir qu’à un esprit torturé comme le sien. Embarquant le magot du défunt, laissant les corps sur place, le voyage commence sur les chemins de traverse; mais l’on reste, où que l’on aille, très proche des souvenirs forts qu’on ne peut enfouir bien profondément…

Avec un style rapide, beaucoup de dérision et d’humour, souvent même de la poésie dans la narration, ce roman se laisse lire avec joie. J’ai particulièrement aimé la joliesse des métaphores agrémentant le texte, là où cela devient lourd. Mais finalement, ce roman n’est pas si éloigné des faits divers de nos quotidiens nationaux et, Antoine ressemble à bien des primo-délinquants peinant à comprendre le mal semé derrière eux…

Présentation de l’éditeur

Un premier roman à l’écriture qui tranche dans le vif – saccadée, syncopée. On se laisse embarquer dès les premières pages, dans une ambiance technicolore rappelant les films de Wim Wenders. Antoine, cinquante ans, fait la connaissance de Bahia.  » Il l’avait rencontrée aux Baléares lors d’un voyage organisé, après le décès accidentel de ses parents. Elle beuglait des airs chaloupés dans un boui-boui à touristes. Dix ans de moins que lui, peau sombre, avalanche de cheveux noirs, croupe canaille, seins flambeurs, aisselles acides. La première fois il jouit très vite, en grognant. La seconde, elle lui mord le cou. Il l’avait ramenée. Pour le village : une extraterrestre. Pour lui : l’inespérée salvatrice.  » Un énigmatique inconnu, une albinos romantique, un Indien Navajo, une collectionneuse d’amants, un fakir en quête d’absolu nourriront les pérégrinations d’Antoine.

Détails sur le produit

Broché: 180 pages

Editeur : STEPHANE MILLION (3 mai 2012)

Langue : Français

ISBN-10: 2917702540

ISBN-13: 978-2917702543

Dimensions du produit: 18,8 x 12,4 x 1,4 cm

 

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.