Une baigneuse presque ordinaire, de Caroline Caugant

Que peut-il y avoir de plus étrange que la découverte d’une femme évanouie, sur une plage déserte, sortie d’on ne sait où ? De plus, presque nue, elle semble avoir été rejetée là, parmi les rejets que l’océan dépose sur les plages à chaque coup de colère. La singularité de l’événement pousse Niels à la ramener chez lui, plutôt que de prévenir les autorités. Le mutisme de la belle accroît son trouble, Niels se sent partir peu à peu dans un univers bien mystérieux.

La curiosité de Niels, bien légitime, accrue par la beauté de la baigneuse devient son obsession. Elle n’écrit pas, ne parle pas, seule l’observation et la complicité pourront lui donner des éléments tangibles sur l’identité de sa pensionnaire.

Avec ce premier roman,  Caroline Caugant emmène son lecteur dans les méandres de la psychologie. Toujours à la marge de cette frontière si fine entre la raison de la folie.

D’après la 4ème de couverture, je m’attendais à un roman contemporain classique : Il n’en est rien. Niels surfe entre son désir de bien faire afin d’aider son inconnue à se retrouver et les aspirations d’un quadra dont la vie se voudrait moins linéaire. La vie manque de sel pour celui dont seule l’imagination pimente le quotidien.

C’est un roman qui accapare jusqu’à la dernière ligne, où l’on se fourvoie au long des pages, pour ne vraiment comprendre au dernier chapitre la finalité de cette aventure hors du commun.

4ème de couverture

Avant le corps, il y a eu les plumes sales, froissées, un reste brouillon d’aile brisée, du sang au bout. Puis plus loin, la silhouette de ce qui ressemblait à une branche couchée… Lorsqu’il découvre le corps blessé et transi de froid d’une femme échouée sur la rive, au lendemain d’une tempête qui a balayé la plage et ses environs, Niels ne se contente pas de lui porter secours. Il se lance dans la recherche effrénée de l’identité et de l’histoire de cette femme. Sa course après la vérité de celle qu’il nommera Clara prend la forme d’une troublante échappée hors de ses propres frontières, au rythme d’un balancement subtil entre doutes et envoûtement.

Un peu de l’auteur

Caroline Caugant est née à Paris en 1975. Après des études supérieures de Lettres à la Sorbonne, elle travaille dans la communication et se passionne pour le graphisme. Une baigneuse presque ordinaire est son premier roman.

Crédit photo : L’île aux livres

 

 

 

 

 

 

Détail du produit

  • Broché
  • Editeur : Acmé Editions (26 mai 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2370770023
  • ISBN-13: 978-2370770028
  • Dimensions du produit: 21 x 14 cm

   Retour accueil

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.