La splendeur des Vaneyck, par Annie Degroote

Dans un XIXème siècle florissant pour l’industrie, le protectionnisme du second empire est le meilleur garant contre l’ouverture des frontières : ce libre échange tant redouté par les patrons d’usine. Les républicains sont en exil, mais leur départ n’a pas fait taire les idées progressistes dispensées avant de partir. Certains esprits, épris de liberté d’expression, souhaite bouleverser les conventions d’une société sclérosée, immobile tant dans sa manière d’agir que dans sa façon de penser : les ouvriers ne sont que des enfants qu’il faut discipliner… Les grands capitaines d’industrie œuvrent pour le profit de leurs familles, leur élévation personnelle, le respect des traditions les rapprochant d’une noblesse enviée et les différenciant de la populace. Les esprits frondeurs grondent, l’équilibre de la société est fragile : un nouvel ordre mondial s’apprête à voir le jour.

Annie Degroote signe là un roman captivant, presque une étude des mœurs de l’époque, une chronique d’un monde finissant se dirigeant vers l’avènement d’un siècle nouveau, vers la révolution industrielle qui changera l’équilibre des forces entre le capital et le travail. Dans ce livre, il y a aussi le roman dans le roman. En effet, il n’y a de famille bien pensante, convenablement établie sans ses secrets de famille, ces histoires cachées aux yeux du dehors et tues au dedans. Autant de mystères dont la révélation jetterait l’opprobre sur une réputation se voulant sans tâche.

Chaque famille a également des jeunes gens qui veulent repousser les frontières attribuées par leurs ainés, des démarcations les frustrant, bridant leurs aspirations vers leurs idéaux. Parmi eux,  les jeunes filles sont les plus imprévisibles. Avec elles, tout peu arriver. La meilleure éducation s’effacera devant le sentiment d’un cœur en émoi et, elles feront fi des convenances, du respect dû aux parents pour suivre l’amour à qui elles se donneront. Pour les fils, se sera des envies d’indépendance et d’ouverture qui les animeront : un changement ne pouvant se faire qu’en bouleversant l’ordre établi. Chacun cherche sa place sur l’échiquier de la vie et s’en donnera les moyens !

Un grand roman sur la société du XIXème siècle montrant les prémices de la prochaine révolution industrielle : l’aube de la lute ouvrière contre le patronat pour un monde plus juste. Contrairement à ce qu’en pensaient certains, l’équilibre des forces ne sera pas en leur faveur. Annie Degroote nous offre un grand roman historique, un regard sans concession sur un art de vivre qui avait fait son temps.

4ème de couverture

Au XIXe siècle, sous le Second Empire, la « rédemption » d’une grande famille de filateurs lillois bousculée par les passions et les interdits.

Au XIXème siècle, sous le Second Empire, un vent de folie bouleverse les Vaneyck, famille de filateurs lillois. Ils ont tout : la fortune, le renom, une honorabilité qu’ils tiennent coûte que coûte à préserver.
Pourtant, le bel équilibre va être renversé. Les Vaneyck vouent une inimitié ancestrale à leurs lointains cousins, les Maes. Et lorsqu’un certain Julien Maes tombe amoureux d’Alex Vaneyck la rebelle, lorsque la ravissante Isla outrepasse les convenances pour danser à Saint-Pétersbourg, et que Raphaël rentre d’exil, tout s’écroule chez les Vaneyck…

Annie Degroote signe une saga passionnante, avec, en toile de fond, l’âge d’or du textile du Nord et de ses fondateurs.

Un peu de l’auteur

Vit à Paris. Originaire des Flandres, Annie Degroote est devenue un auteur et une personnalité du Nord de premier plan. Elle a publié aux Presses de la Cité : La Kermesse du diable, Le Cœur en Flandre, L’Oubliée de Salperwick, Les Filles du Houtland, Le Moulin de la Dérobade, Les Silences du maître drapier, Les Amants de la petite reine ou Les Jardins du vent sont autant d’hommages à l’histoire et aux traditions des Flandres. Elle est également l’auteur de L’Etrangère de Saint-Pétersbourg et des Perles de la Moïka.

Crédit photo : Stéphane Olivier (source Presse de la cité)

Détail du produit

  • Broché: 353 pages
  • Editeur : PRESSES CITE (15 mai 2014)
  • Collection : Trésors de France
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2258112761
  • ISBN-13: 978-2258112766
  • Dimensions du produit: 19,4 x 12,4 x 2,8 cm

   Retour accueil


// ]]>

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans historiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.