Le berceau des jours meilleurs, d’Elise Fischer

Se marier comme une montée à l’échafaud, ou pas ?

Odile se marie sans aucune envie d’y aller. Un instant de faiblesse sans doute, une lassitude devant l’insistance de la demande sûrement, Odile a des principes l’empêchant de revenir sur la parole donnée. Elle a promis, donc elle se mariera avec ce garçon. La seconde guerre mondiale est finie, le pays est à reconstruire : tout est à faire et à repenser. Chaque conflit armé amène des idées neuves, une envie de renouveau, entraîne un essor des techniques dans tous les domaines. Dans l’est où vit Odile les talents ne manquent pas, la région de Nancy accueille l’usine de Jean Prouvé, architecte très inventif qui rompt avec les traditions architecturales. C’est aussi en Meurthe et Moselle que l’abbé Pierre fut député. Issue d’un milieu très modeste, seuls les aléas que peut offrir la vie permettront Odile de rencontrer cet architecte dont la renommée ne cesse de croître et l’abbé Pierre. Pour elle un choc des cultures, qui profitera plus à ses filles qu’à elle-même.



Un roman dans lequel Elise Fischer nous emporte en voyage visiter l’est de la France dans le milieu du XXème siècle qui vit l’arrivée des trente glorieuses. Tout est possible, tout est à faire et, l’oppression de la guerre est finie, le pays souhaite un air nouveau en cassant l’ordre ancien dont la rigidité semble une entrave aux libertés de faire et de penser. Les hommes sont revenus de la guerre, les femmes ont pris goûts au travail. Si l’homme porte encore la culotte, la femme est détentrice des bretelles ! Elle a désormais la possibilité de s’opposer, de s’imposer : quoi qu’en pense monsieur… Le progrès arrive, l’aluminium remplace la tradition de l’antique, le verre éclaire mieux que les colonnades. L’opacité de l’occupation donne envie de lumière. Le manque criant de logements ayant entraîné l’appel de l’abbé Pierre en 54, nécessite la construction rapide d’un modèle nouveau : les premières cités voient le jour. Des logements novateurs avec cuisine, salle de bain et toilettes. De plus, le chauffage central se généralise évitant les corvées de charbon. Ce monde nouveau sera celui de l’hygiène et du confort.



Elise Fischer signe ici un roman où l’on apprend beaucoup sur l’architecture, sur l’abbé Pierre, sur l’origine des cités qui désormais posent des soucis au pays. Elles n’étaient pas faites pour affronter le temps, mais juste pour parer à l’urgence ! Jean Prouvé, architecte et inventeur de génie est ici mis à l’honneur. Qui se souvient de lui ? Pourtant, il a fait souffler un vent novateur dans de nombreux domaines, fut une figure de premier ordre de la reconstruction d’après-guerre. Un voyage dans l’est de la France, dans notre histoire.



Présentation de l’éditeur

Peinture d’une époque, les Trente Glorieuses, à travers deux générations de femmes issues des classes populaires. Odile et Isabelle accompagnent le destin plein d’altruisme de l’artiste Jean Prouvé qui a fait de sa ville, Nancy, le merveilleux champ de ses créations et de ses utopies.
Un roman sous forme d’hommage à la ville de Nancy.
Entre Nancy et Champigneulles, les vies d’Odile et de sa fille Isabelle reflètent les grandes mutations de la seconde moitié du xxe siècle. Odile, épouse d’un ouvrier de métallurgie, connaîtra la difficulté d’élever seule ses enfants et la pénurie de logements ; Isabelle, forte de ses convictions, sans jamais renier ses origines populaires, aura à coeur de travailler comme journaliste. Des hauts-fourneaux lorrains aux premiers logements sociaux, de l’appel de l’abbé Pierre en hiver 1954 à la guerre d’Algérie, Odile et Isabelle traversent ces décennies, courageusement, avec leurs choix de femmes.
Avec, en filigrane, un hommage aux grandes figures emblématiques lorraines : l’abbé Pierre et Jean Prouvé, architecte, designer, qui a rêvé d’une ” maison des jours meilleurs ” pour les plus démunis.



Un peu de l’auteur

L’Est est la région de prédilection d’Elise Fischer : sa Lorraine natale lui a inspiré plusieurs romans : Trois Reines pour une couronne, Les Alliances de cristal et Le Soleil des mineurs. Ses romans ont reçu de nombreux prix locaux : Feuille d’or de Nancy, Prix de l’Association Le Printemps du Livre lorrain, Prix des Conseils généraux de Lorraine… L’Alsace est aussi le décor de plusieurs de ses romans, parmi lesquels Les Cigognes savaient et Le Secret du pressoir.

Source photo : Babelio.com

Détails sur le produit

• Broché: 432 pages
• Editeur : Presses de la Cité (7 mars 2019)
• Collection : Terres de France
• Langue : Français
• ISBN-10: 2258148820
• ISBN-13: 978-2258148826
• Dimensions du produit: 14,2 x 3 x 22,6 cm








<” Le berceau des jours meilleurs, d’Elise Fischer”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire