Frieda, d’Annabel Abbs

Frieda, en tout, est une passionnée, c’est sa nature. Dans le mariage, elle n’a trouvé qu’en ses enfants un peu de réconfort. En couple, elle s’ennuie. La vie coule ainsi, sans surprise dans un confort gage de stabilité, à défaut d’enthousiasme. Puis, elle part rendre visite à sa sœur en Allemagne. Elle est ravie de retrouver ses racines, son pays et, sa famille. Là, Frieda découvre un monde nouveau prônant la liberté sexuelle, la révolution, l’anarchie… Nous sommes en 1912 et les idées les plus folles veulent s’exprimer. L’Allemagne voit fleurir un courant libertaire. Frieda tombe sous le charme d’un médecin qui lui donne sa vision de ce que devrait être ce monde nouveau tel qu’il l’envisage. Elle trompe son mari avec lui sans l’ombre d’un regret. Avec son amant, elle découvre les plaisirs de la chair, sans pudeur, aucune. Le ver est dans le fruit et Frieda n’aspire qu’a retrouver sa liberté. D’un amant à l’autre, elle tombe sous le charme d’un ancien élève de son mari. Entre eux c’est le coup de foudre, ils ne peuvent imaginer la vie sans l’autre. Frieda, partie le retrouver en Allemagne lors d’un voyage, ne rentrera plus chez elle. Elle devient un paria, une femme de mauvaise vie et le divorce ne lui laissera pas de circonstance atténuante.


Rencontrer l’amour et quitter son mari en laissant ses enfants derrière soit est presque contre nature. Le mari, on peut comprendre, mais les enfants… L’histoire de Frieda est bien réelle et a inspiré « l’amant de lady Chatterley » a D.H Lawrence. Ce roman est une biographie tellement bien rendue qu’on vit cette aventure avec ferveur jusqu’à la fin. Frieda, passionnée de liberté, quelle que soit cette liberté, est toujours un peu dans l’excès. Un tempérament de feu l’anime et, pour pouvoir aimer comme elle l’entend devra endurer une souffrance absolue. Ernest, son mari, ne peut-il comprendre qu’elle ne voulait pas jeter l’opprobre sur les siens, que jamais elle n’a voulu du mal, envers quiconque ?


L’amant de lady Chatterley est l’un des premiers vrais romans que j’ai lus. Un livre qui m’avait marqué et donné le goût de lire. Frieda est de cette veine-là : un livre qui marque, qu’on n’oublie pas. C’est une biographie parfaitement romancée, ce qui la rend d’autant plus plaisante à lire. Enfin, Frieda aborde le sujet très chaud de la libération sexuelle, sans fard, en restant toujours de bon goût. Avec notre regard du XXIème siècle cette histoire semble inconcevable, mais en 1912 on ne badinait pas avec la morale, surtout avec le puritanisme anglais ! Le divorce était rarissime, les divorcés ne pouvaient plus entrer dans une église, défier l’ordre établi relevait presque du crime. Tromper son mari était inconcevable, mais normal que les hommes eussent des maitresses ! Autres temps, autres mœurs, pourtant ce n’est pas si loin puisque Frieda est décédée en 1984. Cela se passait au siècle dernier, pourtant c’était hier seulement ! Pour la petite histoire, L’amant de lady Chatterley était considéré comme transgressif lorsque je l’ai lu, en cachette des surveillants du pensionnat et des prêtres qui veillaient sur notre moralité. Transgressif il y a peu, mais la volonté de liberté est très actuelle aujourd’hui. C’est un livre qui marque, dont on ne peut que se souvenir. Ce roman d’Annabel Abbs est une réussite.

Présentation de l’éditeur

Le destin d’une femme exceptionnelle.
Une histoire d’amour qui est devenue synonyme de libération sexuelle.

En 1912, une jeune baronne allemande vivant à Nottingham commet l’irréparable : elle quitte son confortable foyer et ses trois adorables enfants pour vivre son amour. La décision de Frieda von Richthofen va donner naissance à l’un des plus grands scandales de son temps.

Mais qu’est-ce qui peut pousser une femme à quitter ses enfants ? Quel amour peut être plus fort que celui d’une mère ?

Inspiré d’une histoire vraie, Frieda raconte le parcours courageux de celle qui a inspiré l’œuvre de D.H. Lawrence et notamment le très sulfureux roman
L’Amant de lady Chatterley.

Il explore les sentiments et les émotions complexes qui traversent une femme qui se bat pour être à la fois libre et mère. Des questions qui résonnent encore aujourd’hui.

Un peu de l’auteur

Annabel Abbs s’est imposée comme la nouvelle auteure anglaise de romans biographiques à succès. Son premier titre, The Joyce Girl, a été publié dans huit pays et a reçu le Impress Prize pour les nouveaux auteurs en 2015. Frieda est son deuxième roman.

Source photo BABELIO :

Détails sur le produit

• Broché : 461 pages
• Editeur : HC éditions (28 mai 2020)
• Langue : Français
• ISBN-10 : 2357205024
• ISBN-13 : 978-2357205024
• Dimensions du produit : 14,6 x 3,6 x 22,1 cm





<” Frieda, d’Annabel Abbs”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Biographie, Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, Romans historiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire