L’ardoise magique, de Valérie Tong Cuong

L’ardoise magique, de Valérie Tong Cuong

 

La vie est une maladie mortelle, c’est là une évidence !

 

Vivre, c’est d’abord naître pour ne plus cesser de frôler le risque de tout perdre. Cependant, certains savent imaginer des biais qui leur permettent de moins souffrir, pour mieux grandir, sans doute.

 

L’adolescence est une période de troubles et d’amitiés fortes ; les amis sont des certitudes éternelles, autant de serments pour une vie. Ces deux là, Mina et Alice, murissent ensemble et partagent leurs solitudes, en classe. Une amitié les réunira, alors que tout dans la vie les séparent. Ensemble elles font le parcours initiatique qui mène à l’âge adulte. L’une veut l’absolu, brille en tout ; l’autre doute et admire son amie. Jusque là rien que de très normal, chacune ayant besoin d’un modèle ; sauf que l’absolu est un tout qui termine en point final, le doute reste une interrogation en attente de réponse.

 

Sur le bord du pont, le long d’un parapet comme il y en a des quantités le long des voies ferrées, Alice saute au passage du train. Nina a déjà pris ses jambes à son cou pour fuir son serment de suivre sa complice jusqu’au bout ; Nina rage ne n’avoir pas sauté, elle aussi. Pour taire son sentiment de honte elle coure devant elle, vers le quartier résidentiel où Alice habitait, loin de chez elle où l’étroitesse de l’habitat est un découragement continu. Elle trouvera refuge dans une cabane de jardin d’une maison à vendre, où elle trouvera un peu de temps pour peut-être se reconstruire…

 

Une intrigue très bien conduite, grattant les problèmes de nombre d’adolescents, plongeant dans les méandres de la psychologie, ce livre pourrait être à deux doigts de se classer dans les thrillers ; un drame tendre et émouvant, qui se dévore d’une traite, un grand moment de lecture.

 

Présentation de l’éditeur Stock, Collection : La Bleue :

Deux jeunes filles sont assises sur la rambarde d’un pont. Un train surgit. L’une saute, l’autre pas. 

C’est Alice qui a sauté. Elle est riche, jolie, et habite un quartier résidentiel. L’autre s’appelle Mina. Depuis la mort de sa mère, elle vit chez son oncle et sa tante dans le quartier des HLM. Les deux amies s’étaient juré de se suicider ensemble. En rompant le pacte, Mina perd toute raison d’exister. 

.
Pourquoi n’a-t-elle pas sauté ? Qu’est-ce qui l’a retenue à la vie ? Pourquoi Alice voulait-elle en finir ? Quelle spirale les conduisait ainsi au suicide ? Devenue fugitive, Mina cherche à comprendre ce qui s’est passé depuis qu’Alice est entrée dans sa vie. Pourquoi ont-elles noué une amitié si forte ? Qui était vraiment Alice ? Cette enquête va pousser Mina à regarder la vérité en face, une terrible vérité, dont il lui faudra s’affranchir pour gagner sa liberté.

 

Date de parution : 03/03/2010

Prix : 17.00 €

Nombre de pages : 176

Poids :  266 g

Code EAN/ISBN : 9782234064195

Dimension : 215×135 mm

Code Hachette : 5464193

 

L’auteur

Valérie Tong Cuong a publié six romans : Big (1997, Nil), Gabriel (1999, Nil), Où je suis (2001, Grasset), Ferdinand et les iconoclastes (Grasset, 2003), Noir dehors (2006, Grasset), Providence (2008, Stock). Elle écrit et chante dans le groupe Quark (quatre albums parus).

 

Son blog est ici: http://www.valerietongcuong.com/html/bio.html

 

 

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.