La Battle, de Valérie Tong Cuong

Il n’est d’amitié plus solidaire et soudaine que celle de l’adolescence !

Dans une banlieue comme tant d’autre, se forment de petits groupes de potes, des rappeurs qui s’éclatent en composant. L’idée d’un concours va dynamiser la bande d’amis.

Lorsque l’on a pour compère le king de la classe, que soi-même l’on est disgracié par la nature, il devient impossible de rester transparent : l’un culmine haut, alors que l’autre joue de son emprise au sol. Enfin, c’est une image pour vous résumer la situation. Entre nous, dans le bahut, on a un groupe de Hip Hop, et le grand, César, déchire dans le style. Moi c’est plutôt les paroles, les mots qui touchent, la musique, mon truc. Même que pour la fin de l’année, on se prépare à tuer l’autre lycée lors d’un concours doté d’un prix qui sera un tremplin vers la célébrité du groupe. Faut que je vous dise, j’ai une oreille affutée grave question  musique, alors forcément, ça le fait…

Ils ne peuvent que gagner, sauf qu’Ange, le compositeur apprend souffir d’une maladie rare lui dézinguant l’audition. Au point du jour J, le moral tombe dans les chaussettes, mais c’est sans compter sur la solidarité des potes…

Un roman court* qui, bien que très éloigné de mon univers, est un concentré d’images fortes qui m’a entraîné jusqu’à la dernière ligne, m’a ému profondément, beaucoup amusé quant-au style et au rythme qui le singularise : l’instant de sa lecture, j’étais un ado de banlieue, en classe de seconde…

* C’est la vocation de cet éditeur (voir l’article ci-dessous de Buzz-littèraire.com)

Ce livre fera sa sortie officielle le 10 février 2011

Relié: 60 pages

Editeur : Edition du moteur (10 février 2011)

ISBN-10: 2918602124

ISBN-13: 978-2918602125

Les éditions du moteur : http://leseditionsdumoteur.fr/pages/livres_index.php

Valérie Tong Cuong sur le net, c’est ICI : http://www.valerietongcuong.com/

Bio1_valerie Photo site de V.T.C.

Source site de Valérie tong Cuong

Valérie Tong Cuong est née en banlieue parisienne. Après une adolescence chaotique, elle étudie la littérature et les sciences politiques (elle est titulaire d’un DESS de Science Politique). Elle travaille huit ans dans la communication puis lâche tout pour se consacrer à l’écriture (romans, nouvelles, scénarios) et à la musique.

Les romans :

Source des infos sur « Les éditions du Moteur » Buzz-littèraire.com :

Basée sur une idée originale, les éditions du Moteur se sont spécialisées dans les histoires courtes façon court métrage :
« Parce que nous avons tous rêvé de voir portées à l’écran les lectures qui nous ont marquées, nous avons demandé à des auteurs de talent d’imaginer des histoires courtes qui pourraient devenir des films. Des histoires inédites, d’une cinquantaine de pages environ, maximum dix euros et classées par genre : comédie, comédie romantique, engagé, psychologique, polar, historique. Ainsi, les Éditions du Moteur inaugure une manière plus divertissante d’aborder la littérature tout en proposant des écrivains reconnus par le public et la critique tels que Yasmina Khadra, David Foenkinos Serge Joncour ou Tania de Montaigne, qui nous font l’honneur d’ouvrir notre catalogue. »

A l’origine de cette maison d’édition, on trouve notamment Emilie Frèche, également écrivain (et auteur d’un texte pour sa maison « Les collectionneurs »).

Quelques uns des premiers textes publiés :

Bernard de David Foenkinos
Résumé : Bernard ne sait pas très bien comment c’est arrivé mais, à cinquante ans, le voilà obligé de retourner vivre chez ses parents. David Foenkinos a publié plusieurs romans dont Le potentiel érotique de ma femme, traduit dans une quinzaine de langues et La Délicatesse. Avec l’humour et la poésie qu’on lui connaît, l’écrivain dresse le portrait d’un antihéros irrésistible.

La longue nuit d’un repenti de Yasmina Khadra
Résumé : La guerre est terminée, Abou Seif est rentré chez lui auprès de sa femme mais son passé le hante et c’est désormais contre lui-même qu’il doit se battre. Dans ce texte, telle une ligne tirée au cordeau, l’auteur de L’attentat et des Hirondelles de Kaboul nous parle des victimes collatérales de la guerre, celles qui continuent de tomber bien après le retour de la paix.

Bol d’air de Serge Joncour
Résumé : En pleine faillite, harcelé par les créanciers et les liquidateurs judiciaires, Franck a décidé d’aller prendre un grand bol d’air chez ses parents, des agriculteurs avec lesquels il pense ne plus rien avoir en commun. Serge Joncour (U.V, L’idole) dépeint le monde rural tel un impressionniste et nous montre le besoin qu’ont les hommes, quand leur vie bascule, de comprendre d’où ils viennent pour savoir où ils vont. 

Video sur Direct8 ici : http://www.direct8.fr/video/vzhjw/

Interview de Valérie Tong Cuong

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.