Je vous emmène au bout de la ligne, de Rodolphe Macia, conducteur de métro

Ah le métro parisien ses grèves, ses bousculades, ses faiseurs de manche…

Le métro est un outil indispensable, un élément du quotidien que plus personne ne voit, que tous s’approprient, que nombre dénigrent sans pour autant le regarder comme il le faudrait. C’est ce que fait ce conducteur de rame : il vous observe depuis sa cabine, chaque jour… Dans les rames, chacun se sent souvent seul, malgré la foule, à l’abri des regards, des critiques ; ou bien en joue si l’on est un tant soit peu exhibitionniste. Avec un humour toujours bienveillant, Rodolphe Marcia nous raconte son métro, sa ligne avec son lot d’aventures, de misères, ses drames et ses bonheurs. Le métropolitain est un monde entier possédant ses secrets et ses codes. C’est aussi un univers que l’on appréhende mal, qu’il nous explique par des mots simples. Sans chercher à justifier ce qui nous enrage, sans esprit revendicatif, il conduit son lecteur vers l’intérieur de notre moyen de transport principal dans les grandes villes.

Un voyage différent de ce que les usagers vivent, riche d’enseignements…

Témoignage de Rodolphe Macia recueilli par Sophie Adriansen

4ème de couverture : (source Max Milo)

Le métro parisien, ce n’est pas le pont d’Avignon : on y dort plutôt qu’on y danse. Et pourtant, il suffirait d’ouvrir les yeux pour découvrir un monde différent et riche. Rodolphe, conducteur sur la ligne 2, nous y entraîne. Il a derrière lui vingt ans de vie sous terre. Avec drôlerie et gourmandise, il nous raconte ce territoire tel qu’il se livre à l’homme dans la cabine : les créatures qu’il y croise, les rituels qu’il observe, les aventures les plus inattendues qui ébranlent la routine. Entre Nation et Porte Dauphine, faune et flore sont examinées avec un regard tendre et affûté : fêtards, contrôleurs, suicidaires, érotomanes, musiciens ou mendiants…

À Paris, plus de 5 millions de personnes prennent le métro chaque jour. À l’heure de pointe, en fin de journée, 540 trains circulent simultanément sur tout le réseau. Tout le monde semble pressé de remonter à la surface. Et pourtant, les coulisses de ce monde underground ont de quoi fasciner et la mission du conducteur peut parfois s’avérer héroïque. Sophie Adriansen, qui a co-écrit ce livre avec Rodolphe Macia, ne s’y est pas trompée en tombant amoureuse de l’homme autant que de son métier.

Rodolphe Macia est devenu conducteur sur la ligne 2 du métro après avoir effectué divers jobs dans les couloirs du métro (vendeur de confiseries, guichetier, contrôleur).

Sophie Adriansen a collaboré à l’écriture de cet ouvrage. Elle fait partie de plusieurs jurys littéraires, et anime un anime un blog très visité et hébergé chez ActuaLitté : http://actualitte.com/blog/sophielit/

ISBN : 978-2-31500-133-0

Le blog du livre : http://www.auboutdelaligne.fr/

Bannière

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l’édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches.

Je travaille habituellement avec les services presse des éditions :
In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d’Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc.

Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.

Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Romans contemporains, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Je vous emmène au bout de la ligne, de Rodolphe Macia, conducteur de métro

  1. Sophielit dit :

    Merci Jérôme pour ce billet ! Est-ce « Santé ! » qui t’a donné envie de découvrir ce livre ? Ou ton statut d’usager du métro ?
    @ Je hais le métro, lui préférant ma voiture même dans Paris… Papa était RATPiste et mon beau-fils conduit les TGV ! 🙂

Les commentaires sont fermés.