Le jogging d’Eurydice et autres conversations, de Sylvie Azéma-Prolonge

 

Ni recueil de nouvelles, ni de poésie, mais des bribes de vie sous forme de dialogue : voici une démarche singulière rageant ce type d’ouvrage dans le genre inclassable ! Le ton peut sembler une forme d’écriture théâtrale, saupoudré d’un soupçon de poésie, émaillé d’un humour tout féminin qui touche autant les hommes qu’il est en mesure de briser net leur élan. Bref, un condensé de conversation à faire devenir bourrique ceux ne sachant pas y trouver, au second étage, la vie sans fards de celle qui se présente en tenue de soirée. Paradoxe très féminin allant à rebours de l’entendement masculin.  Coutumières du double jeu, les femmes se servent d’un « Je » de façade afin d’être méritées de celui qui les révèlera vraiment. Ce mécanisme est à l’honneur au long des conversations de ce petit livre, un délice les amateurs du beau verbe, une purge pour le machiste trop sûr de lui.

4ème de couverture

Dans ces pages, Sylvie Azéma-Prolonge cherche à mettre le monde en mouvements de vie plutôt qu’en formulations de pensée. D’où ces Conversations qui prennent des colorations tour à tour romanesques, poétiques ou théâtrales. Elle cherche aussi à réconcilier la rapidité et la fragilité de nos existences avec leur absolu ou leur éternité. Le lecteur est invité à écouter les voix de personnages pris dans des situations à la fois quotidiennes et universelles. Gare Frontalière et De l’Usage de l’Apologue en Maison d’Arrêt ont été mis en espace et en voix le 11 Mars 2009 dans le cadre du Festival des Nouvelles Écritures Contemporaines du Théâtre 95 de Cergy-Pontoise.

Présentation de l’auteur (source éditions les mots migrateurs)

Je partage ma vie entre une profession très prenante et une activité plus secrète où des paroles construisent des histoires.

Agrégée de lettres classiques, j’enseigne dans un lycée du Val d’Oise: c’est ce que j’ai trouvé de mieux pour être au plus près de la littérature mais l’essentiel de ma vie n’est pas là.

Il est dans un désir d’écrire antérieur à toute chose, mon incroyable obsession de la trace, du besoin de « surligner » ce qui se passe autour de moi. Désagrégée, je cours donc après des moments de pure création, difficiles à isoler, volés au quotidien. Mais depuis quelque temps, mes chantiers d’écriture sont en bonne voie de réalisation et j’ai enfin le sentiment de passer de l’autre côté du monde pour mieux l’exprimer et le réinventer. Sylvie Azéma-Prolonge est née en 1957 et habite Courdimanche.

 Source photo site de l’éditeur :

Joindre l’auteur : syprolonge@free.fr

Description de l’ouvrage

  • Mots migrateurs éditeur
  • Parution : 1 décembre 2010
  • ISBN : 978-2-9530879-6
  • Disponible
  • 10 Euros + 2,55 Frais de port (France uniquement)

Pour Commandez l’ouvrage

Site de l’éditeur : http://www.motsmigrateurs.fr/
 Retour accueil

À propos de Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des éditions : In Octavo, Laura Mare, des Presses de la cité, du Moteur, JC Lattès, du Rocher, Luce Wilquin, Quadrature, Jigal, First, Elysad, Fleuve Noir, Lunatik, Volpiliere, PLE, T&A (Terre d'Auteur) , du Préau, Stéphane Millon, Borborygmes, glyphe, Edition KERO, etc. Me contacter par le formulaire de contact pour livre en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Critiques littéraires, Livres, Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.