Dieu aime les rousses, de Martine Muller

Trois filles rousses, trois belles adoptées afin de ressembler à une œuvre d’art, vivent hors du temps dans la propriété de leurs parents. Pourvus de moyens importants, ils n’ont pas besoin de travailler et, occupent leur temps avec leur passion pour l’art et la botanique, évitant à tout prix de sortir se polluer en dehors de leurs terres. Les Hocquebus reçoivent fréquemment des artistes et des célébrités. La guerre de 14-18 les a frôlé sans vraiment les concerner, mais en 39, alors que bruissent les bottes allemandes, le peintre Thédorus Van de Pelt est trouvé assassiné sur leur pelouse. L’inspecteur chargé d’enquêter n’est autre que Thomas Maisonneuve, le petit Thommy qui jouait avec les filles autrefois !


Martine Muller nous régale avec cette famille complètement hors du temps, totalement loufoque qui se pique de vivre à l’heure anglaise et, toujours dans le bon goût. Chacun voit son nom anglicisé, les filles sont habillées comme au moyen-âge… Riches, les Hocquebus ont les moyens de vivre dans une époque leur appartenant. Lorsque Thédorus est découvert mort sur la pelouse, rien ne va plus. Leur vie figée dans le temps explose alors que la seconde guerre mondiale débute. L’une de fille a une liaison au village et, Morag qui est l’ainée, et la préférée, disparait en compagnie du maître à penser indou qui vivait chez eux. Le pire restant à venir car l’armée d’occupation réquisitionne le manoir pour y installer une antenne radio…


Avec Martine Muller on va de rebondissement en rebondissement. Un roman souvent drôle, reflet d’une société qui a pourtant existé, autrefois… Les Hocquebus vivent isolés du monde, mais ils sont très loin d’être seuls. En effet, ils reçoivent souvent leurs amis pour des séjours. Malgré la guerre et les restrictions, malgré l’occupation du domaine par l’armée allemande, ils tentent, quoi qu’il en coûte, de maintenir au mieux l’art de vivre par et dans le beau ! La guerre a arrêté l’enquête, mais certaines surprises dues à l’occupation risquent de relancer une affaire qui dépareillerait totalement l’harmonie du domaine.

Présentation de l’éditeur

Parents adoptifs de trois filles à la chevelure fauve, Morag, Felicity et Bonnie, les Hocquelus ne vivent que pour l’art, la beauté et la botanique, recevant souvent leurs amis, artistes ou esthètes, dans leur propriété normande. Un matin d’août 1939, le peintre Théodorus est retrouvé assassiné dans le jardin. L’inspecteur Thomas Maisonneuve enquête dans ce lieu qui a marqué son enfance.


Un peu de l’auteur

D’origine alsacienne et béarnaise, Martine Marie Muller est professeur de lettres dans un lycée de la région parisienne.
Lors d’un voyage en Haïti avec une amie, elle rencontre son mari, démographe. Elle le suit dans ses missions en Afrique puis au Mexique, avec trois enfants dans les bras.
En 1992, ils rentrent en France.
Martine Marie Muller publie son premier roman, ” Terre-Mégère “, en 1993 aux Éditions Robert Laffont et entre à l’École de Brive.
En 2017, elle publie ” Nuage bleu sur ciel de craie” aux éditions Presse de la cité.
Tous ses romans témoignent d’une force hors du commun.

Source photo BABELIO

Détails sur le produit

• Poids de l’article : 600 g
• Broché : 594 pages
• ISBN-10 : 2258192242
• ISBN-13 : 978-2258192249
• Dimensions du produit : 13.9 x 4.2 x 22.5 cm
• Éditeur : Presses de la Cité (17 septembre 2020)
• Langue : : Français









<” Dieu aime les rousses, de Martine Muller”>

A propos Jérôme Cayla

Chroniqueur litteraire, lecteur et directeur de collection dans l'édition, auteur de deux romans : Mathilde et Trois roses blanches. Je travaille habituellement avec les services presse des maisons d'éditions Me contacter par Mail sur contact Presse pour les livres en services de presse.
Ce contenu a été publié dans Achat livre, Critiques littéraires, Livres, Presse de la Cité, Romans contemporains, Romans historiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire